En route, mauvaise troupe! C’est parti pour 3 journées en direction du village le plus au Sud de la Belgique : Torgny!

Au programme un roadtrip à partir de Bruxelles avec comme étapes : Huy, la Gaume (Virton & Torgny) et La forêt (et son fameux pont de Claies).

À chaque stop, une balade à vélo ou à pied et la découverte d’un artisan ou comme j’aime les appeler, un faiseur de terroir! Tout au long de roadtrip, vous allez découvrir des passionnés

Étape 1 : Huy à vélo

J’enfourche mon vélo pour attaquer le MUR, célèbre dans le monde du cyclisme pour sa pente (9,8% de pente avec 26% dans une des chicanes), il offre quelques belles vues sur Huy et est bordé de jolies chapelles… En effet, avant d’être célèbre pour la Flèche wallonne, événement cycliste internationale, cette pente était connue pour être le chemin des chapelles, lieu de pèlerinage jonché de 6 chapelles.

Une autre pente, sur l’autre rive, m’attend : le Thier des Malades qui m’emmène sur les hauteurs parsemées de vignes… Evidemment une halte s’impose!

Focus sur le vignoble du Bois Marie

Je rencontre Alain du vignoble du Bois Marie Hautes-Vignes. Il m’explique l’historique viticole de la région… Et ça se confirme, de vignoble en vignoble, j’apprends que la Belgique était (et redevient) une terre de vignes!

Le vin était, comme la bière, utilisé comme un remède… Et j’en ai besoin après cette montée! La dégustation avec vue sur Huy est parfaite. Je passe un agréablement moment avec Alain et le reste de l’équipe qui nous a rejoint pour déguster les vins.

Ils ne sont que 3 à entretenir le vignoble (aidés néanmoins par des amis lors de vendanges et par leurs femmes pour les dégustations). Ils s’agrandissent en achetant une autre parcelle et ils ont aujourd’hui 2300 pieds de vigne.

Ils produisent du blanc, du rouge et des bulles à partir de vignes 50% de cépages interspécifiques (résistant et plus adapté à notre climat) et 50% de cépages nobles (les cépages que le grand public connait davantage!).

Leurs vins sont différents chaque année en fonction du climat, de ce qu’a donné les vignes mais aussi de leurs envies…

En tout cas, cette année il était à mon goût ! Heureusement je n’ai plus qu’à redescendre pour rejoindre le centre de Huy, déposer mon vélo et partir à l’ascension du fort!

Le fort de Huy

À croire qu’à Huy, c’est la hauteur qui m’attire… car pour finir la journée je vais en haut du fort de Huy! Construit par les hollandais sur le site de l’ancien château, il devient un lieu de détention tenu par les allemands lors de la Seconde Guerre mondiale… un lieu chargé d’histoire!

On y découvre les cachots, la salle d’interrogatoire, les chambres de détention, des lavoirs rudimentaires.. Le fort est devenu un lieu de mémoire de la Seconde Guerre mondiale.

Il est également possible de grimper sur le haut du fort et d’avoir un magnifique panorame sur Huy et ses environs.

Le fort est aussi le lieu de spectacle, expositions et animations en tout genre (tout récemment un escape game à ouvert dans le fort!)

Infos Pratiques

Mur Coffee pour une halte gourmande

Une très bonne adresse pour luncher ou prendre un café dans un endroit sympa et décontracté. Le café accueille aussi une boutique dédiée à l’univers cycliste.

Plus d’infos : www.murcoffee.be

Adresse :

Place St. Séverin 7
4500 Huy

Vignoble Bois Marie Hautes-Vignes

Visite : 0032477 897515

Plus d’infos sur : www.boismarie.be

Le fort de Huy

Adresse :

Chaussée de Napoléon
4500 Huy

085/21 53 34 ou [email protected]

Prix : 4€ pour les adultes, 2€ pour les enfants

La Maison du tourisme pour d’excellents conseils

Quai de Namur 1, 4500 Huy 

+32 (0)85 21 29 15

Plus d’infos sur : www.terres-de-meuse.be

Etape 2 : La Gaume

Nous quittons Huy en fin de journée pour rejoindre notre restaurant et ensuite notre chambre d’hôtes situés tout deux en Gaume.

La Gaume c’est le SOLEIL! Dans le sourire des gens, dans les plats, dans le terroir!

Au restaurant Au Coeur De La Gaume, j’ai mangé mon premier paté gaumais. J’entends encore « Attention ça se mange avec les mains! ».

Toujours à vélo, nous avons rejoint le Pressoir du Verger de Gaume – Munaut. Didier nous a tout expliqué : de son verger constitué de vieilles variétés résistantes jusqu’au produit fini (un jus de pomme clair, du cidre, du zigomar et du ratafia).

Et puis, j’ai visité Torgny, le village le plus au Sud de la Belgique… on y retrouve des airs de Sud de la France avec ses maisons jaunes, son microclimat, sa bonne humeur,… Sur les hauteurs, un vignoble communal : le Poirier du Loup trône sur le village !

Focus sur le pressoir du Verger de Gaume – Munaut

Le pressoir Munaut est une entreprise familial depuis 1900. Venu de Normandie, il s’installe à Virton et font venir les pommes depuis la Normandie pour produire du cidre mais très vite, il se rend compte qu’il peut avoir son propre verger ici en Gaume.

Les années défilent et c’est au tour de Didier de reprendre le flambeau familial. Aujourd’hui, le verger de Gaume, c’est plus de 400 arbres et 49 variétés (anciennes variétés résistantes). C’est un verger respectueux de l’environnement pour un jus d’une qualité exceptionnelle.

Didier nous emmène dans son exploitation et nous explique tout depuis la cueillette à la bouteille. Nous passons au verger, au pressoir et nous finissons par une dégustation de sa gamme : jus de pomme, cidre, ratafia et… zigomar !

Zigo… quoi? Je n’avais pas encore entendu parler du zigomar et pourtant c’est l’apéritif connu de Virton!

Le zigomar c’est un vin de pomme (cidre plat) avec une macération d’aspérule (petite plante odorante de nos régions qu’on retrouve également dans le Maitrank). Mais pourquoi ce nom étrange ? Le nom provient d’une confrérie qui existait bien avant le zigomar. Un jour, le grand-père de Didier arrive dans une foire avec du « Maitrank de Virton ». Evidemment, les arlonnais n’étaient pas contents de voir ce maitrank différent reprendre leur nom. C’est alors qu’un ami lui propose le nom de zigomar du nom d’une confrérie de Virton. La confrérie du Zigomar est une bande de joyeux lurons qui s’amuse et passe du temps ensemble et qui maintenant ont leur propre apéritif!

À goûter absolument!

Torgny et ses airs de provences

Torgny est le village le plus méridional de Belgique et il a effectivement des airs du sud avec son climat doux et ses briques jaunes soleil ! Il est l’un des plus beaux villages de Wallonie et a des allures de cartes postales.

Nous pouvons y retrouver sur les hauteurs le vignoble du Poirier du Loup.
Le nom du lieu-dit sur laquelle est situé le vignoble lui a donné son nom. Une légende médiévale raconte que les loups abattus étaient suspendus à un poirier situé à l’orée des bois sur les hauteurs du village pour protéger celui-ci de leurs congénères. Le vin (exclusivement pétillant) peut se trouver dans le centre du village

Non loin du vignoble, nous retrouvons la réserve naturelle Raymond Mayné avec une faune et une flore exceptionnelle (du lin, du thym, du serpolet mais aussi des mantes religieuses , des cigales, des sauterelles, des lézards, des couleuvres et une belle diversité de papillons).

Nous avons accroché les vélos et suivi la balade audioguidée de Torgny (2,5 km) que vous pouvez retrouver en scannant le QR code ci-dessous :

Infos pratiques

Le gîte la Gaum’aise

Je remercie le gîte la Gaum’aise pour son accueil, ses conseils, ses bons plats (avec légumes de leur jardins) et ses vélos ! C’était parfait (surtout avec la déco « Orval »). Bref, une excellente adresse où séjourner en Gaume!

Infos et réservations : gaumaise.be

Adresse :

Rue Charbeau, 16, 6769 Sommethonne Meix-devant-Virton

Tel : 0032 63235337
Mobile : 0032 477322370
[email protected]

Possibilité de louer des vélos (électrique ou non) et de restauration

Prix : à partir de 80 € la nuit

Au Coeur de la Gaume

Petite adresse du terroir qui met du coeur dans l’assiette! Apparemment le meilleur paté gaumais, du zigomar en apéritif, des bières locales… tout pour plaire donc!

Adresse :

Rue du Dr Albert Hustin 51, 6760 Virton

Le verger de Gaume

Rue de pierrard 24, 6760 VIRTON

Infos : munaut.be

La Maison du tourisme de Gaume

2/B, Rue des Grasses-Oies, 6760 Virton

Plus d’infos : www.visitgaume.be

Etape 3 : le retour avec un arrêt au Pont de Claies

En remontant vers la capitale, j’ai voulu m’arrêter à quelques endroits-clés et ne pas prendre les grand saxes pour profiter encore des bois avant le retour à la ville.

Rochehaut et son panorama

Quelle vue ! On peut y voir Frahan, un petit village blottie dans un méandre de la Semois. Je vous conseille la balade des échelles (que j’aieu l’occasion de parcourir avant ce roadtrip) si vous avez quelques heures devant vous.

Autrefois, Rochehaut et la région était un lieu de la production artisanale du tabac de la Semois. Il subsiste encore quelques séchoirs à tabac dans la région et la production actuelle se limite à quelques producteurs passionnés par la tradition.

Laforêt et son pont de claies

Aaah le fameux, aah le célèbre… Il est incontournable et tellement instagrammable.
Il était autrefois utilisé pour le passage à pied et à sec des agriculteurs, des planteurs de tabac mais aussi du bétail.
Aujourd’hui c’est davantage une activité touristique saisonnière. Le pont est monté de juin à septembre (en fonction des conditions météo).

On retrouve également dans le village deux abreuvoirs classés et des anciens séchoirs à tabac.

Une courte balade permet de traverser simplement le pont mais d’autres randonnées plus longues sont possibles dans la région.


Quelques options brassicoles sur votre roadtrip…

Je vous entends me dire… mais et l’abbaye d’Orval dans tout ça? Et oui, c’ets un incontournable donc si vous deviez allez en gaume, pnsez à vous arrêter à l’abbaye que j’avais déjà eu le plaisir de déguster.. euh… visiter! Vous pouvez en apprendre plus dans un de mes précédents articles sur la route de la bière…

Mais aussi dans la même thématique brassicole : la brasserie MilleVertus, la brasserie de la Clochette, la brasserie Sainte-Hélène, la Brasserie de Rochehaut (liste non exhaustive…)

Cet article a été réalisé en collaboration avec Wallonie Tourisme. Cependant mes propos sont toujours sincères.

Anthropologue de formation, elle a décidé de se convertir à la communication web et peut-être un jour deviendra-t-elle une nomade de la toile ou même une nomade tout court. Sinon, elle manie l’épée comme le prolongement de son bras, aime manger, pratique le didjeridoo, utilise une phablette trop grande pour sa petite main et accessoirement adore voyager, rencontrer et découvrir.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here